Zazie Mode d'Emploi
Accueil > L’oulipien de l’année > 2007 : Diomira, une ville invisible

2007 : Diomira, une ville invisible


Voici le texte-souche choisi pour cette nouvelle édition de Zazie Mode d’Emploi. Maintenant, c’est à vous de jouer ! Voyez aussi les Vers à Soie d’après Jacques Roubaud et les variations sur Annan d’après Hervé le Tellier...

En partant de là et en allant trois jours vers le levant, l’homme se trouve à Diomira, une ville avec soixante coupoles d’argent, des statues en bronze de tous les dieux, des rues pavées d’étain, un théâtre en cristal, un coq en or qui chante chaque matin sur une tour. Toutes ces beautés, le voyageur les connaît déjà pour les avoir vues aussi dans d’autres villes. Mais le propre de celle-ci est que si l’on y arrive un soir de septembre, quand les jours raccourcissent et que les lampes multicolores s’allument toutes ensemble aux portes des friteries, et que d’une terrasse une voix de femme crie : hou !, on en vient à envier ceux qui à l’heure présente pensent qu’ils ont déjà vécu une soirée pareille et qu’ils ont été cette fois-là heureux.

Italo Calvino - Les villes invisibles (Seuil), traduit de l’italien par Jean
Thibaudeau



Il y a actuellement 104 versions différentes, la dernière datant du 17 janvier 2012.

  • Snob - Gilles Esposito-Farèse

  • Charge - Gilles Esposito-Farèse


rss | admin | bureau | site sous spip